L'Espagne reste une destination privilégiée pour les principaux marchés d'émission

España destino MICE
Publié
29/01/2021

L'image du pays n'a pas été ternie par la pandémie


Source : https://agenttravel.es/noticia-040573_Espana-continua-siendo-un-destino-preferente-para-los-principales-mercados-emisores.html

Les grands marchés émetteurs européens (Angleterre, Allemagne, France et Italie) ont confirmé que l'Espagne continue d'être une destination privilégiée et que son image n'a pas été ternie par les effets de la pandémie, selon la table de débat "Les grands marchés européens, perspectives et situation", qui a eu lieu pendant les Journées de Turespaña.

En outre, tous se sont accordés sur le "fort" désir de voyager des touristes et ont montré leur confiance dans le fait que la reprise des flux touristiques commence progressivement au printemps si les taux de vaccination sont optimaux.

Les marchés émetteurs ont également conclu que lorsque les campagnes de vaccination avanceront et que la connectivité reviendra, les touristes reviendront en Espagne.

Ils ont également averti qu'il y aura un changement de la demande lorsque les flux touristiques se redresseront et que le secteur devra s'y préparer. Les nouvelles tendances et demandes après la pandémie doivent donc se refléter dans l'offre touristique espagnole, ce qui est une opportunité de développer de nouveaux produits.

Royaume-Uni : "Un désir intense de voyager".

Le ministre du tourisme à Londres, Javier Piñanes, a déclaré que l'émetteur britannique est paralysé par les restrictions prises pour empêcher la propagation du coronavirus. Cependant, il espère que les voyages reprendront car "les Britanniques ont un désir intense de voyager et de souligner que l'Espagne est la destination vers laquelle ils veulent revenir.

M. Piñanes a déclaré que les "voyagistes veulent reprendre leurs activités à la fin du mois de mars 2021, ce qui est un premier signe qu'il pourrait y avoir du mouvement à Pâques".

Malgré le fait que les réservations se font de plus en plus tard, le conseiller au tourisme de Londres a de bonnes perspectives pour l'été 2021 car "les trois grands acteurs que sont JET2, TUI et EasyJet ont déjà des programmes vers des destinations espagnoles pour cet été, l'hiver 2021 et l'été 2022".

Toutefois, il a averti que le flux de touristes doit avoir un parallélisme entre le marché sortant et entrant car "si l'Espagne n'est pas dans une situation positive en termes de contrôle de la pandémie et est toujours un pays à risque, il est difficile de produire le mouvement des touristes".

Enfin, M. Piñanes est convaincu qu'en 2022, il y aura un mouvement touristique "en conditions" et que les chiffres de 2019 seront atteints en 2023. "Tant que les circonstances ne seront guère favorables, les touristes britanniques viendront en masse, de sorte que la reprise sera plus rapide que ce que certains prédisent", conclut-il.

Allemagne : des voyages plus durables

Le conseiller au tourisme en Allemagne, Arturo Ortiz, a expliqué que 51% des Allemands ont l'intention de faire un voyage cette année, donc malgré le fait que le pays soit à son pire moment épidémiologique, l'intention de voyager reste intacte et l'Espagne est le premier objet de désir dans les voyages internationaux bien que les achats soient retardés.

"L'anticipation des réserves a changé, avant qu'elle ne soit faite au premier trimestre de l'année. Le chiffre d'affaires des agences a chuté de 85%, mais cela ne signifie pas qu'elles ne vont pas acheter, seulement qu'elles ont retardé leur achat, ce qui nous rend modérément optimistes", ajoute-t-il.

Le produit solaire et de plage emballé est et continuera d'être ce que les Allemands recherchent et achètent, mais avec une offre adaptée aux changements sociaux, en particulier la durabilité. C'est pourquoi les voyagistes allemands ont intégré dans leurs catalogues pour 2021 des formules d'hébergement plus indépendantes.

Selon M. Ortiz, les perspectives les plus favorables seraient pour Noël, mais toujours marqué par les vacances scolaires, de sorte que "le prochain horizon de la reprise sont les mois d'été, avec des vacances scolaires de 6-4 semaines et une durée moyenne de 11-12 jours".

 

Première destination internationale pour la France

L'Espagne est devenue la première destination internationale en 2020 pour la France, compte tenu de la proximité géographique et des voyages transfrontaliers, a expliqué Tatiana Martinez, conseillère municipale au tourisme à Paris. En effet, "les touristes français aiment voyager en voiture et 60 % d'entre eux entrent en Espagne par la route".

Malgré le fait que pour l'instant, les Français vont parier sur le tourisme intérieur, "plus de 70% d'entre eux envisagent de faire un voyage international dès que la situation sanitaire le permettra et les facteurs de décision seront le propre véhicule, la sécurité sanitaire, le fait de voir avec de bons yeux un PCR obligatoire, et la flexibilité dans l'annulation des réservations".

"Les touristes français exigeront des voyages plus durables, individuels et inclusifs, et opteront dans un premier temps pour des destinations locales", a-t-elle expliqué.

Selon le ministre, "l'Espagne n'a pas perdu son attractivité ni son image" sur ce marché. Cela signifie qu'au cours de la dernière partie de l'année, il y a eu une demande pour l'Espagne, qui s'est traduite par des ventes aux îles Canaries.

D'autre part, M. Martinez note que ni le public ni les professionnels français n'ont d'effets négatifs concernant le test PCR obligatoire pour se rendre en Espagne. "Pour l'opinion publique, c'est une mesure de protection de la santé", conclut-il.

Italie : réactivation en été

Ces dernières années, l'Italie s'est imposée comme le quatrième marché source de touristes vers l'Espagne, avec une tendance à la croissance continue. Toutefois, la pandémie a entraîné une baisse drastique, le gouvernement italien ayant demandé à ses citoyens de voyager dans leur pays, selon Isabel Garaña, conseillère au tourisme à Milan.

"En raison des importantes restrictions à la mobilité italienne et de l'incitation au tourisme intérieur, les prévisions à court terme ne sont pas bonnes", ajoute-t-elle.

Cependant, pour Garaña, il y a une lueur d'espoir car selon les données de la Fédération italienne des agences de voyage (Fiave), "des destinations comme l'Espagne pourraient être réactivées pour l'été, à condition que la situation sanitaire évolue favorablement", même s'il souligne que "la véritable reprise de la demande pourrait commencer en septembre".

Quant aux tendances en matière de voyages en Espagne, il souligne qu'il s'agit de "voyages pour s'immerger dans la culture du lieu, voyages de nature, sports d'aventure, cyclisme, trekking et voyages qui recherchent une déconnexion totale et de longs séjours pour le travail intelligent (nomades numériques)".

La tranquillité d'esprit face à Brexit

Concernant la sortie officielle du Royaume-Uni de l'Union européenne en janvier 2021 et l'entrée en vigueur d'un nouveau cadre de relations, Javier Piñanes a appelé au calme le secteur du tourisme car "les répercussions vont être minimes".

"Les grandes questions, qui sont l'existence de vols directs et l'obligation de visa, ainsi que d'autres questions provisoires, sont résolues favorablement", a-t-il détaillé.

"D'autres questions comme les soins de santé que nous connaissons déjà sont garanties et la validation des permis de conduire sera reconnue au moins au cours du premier semestre de l'année. En outre, ceux qui voyagent avec des animaux de compagnie doivent également être rassurés car un certificat sera exigé", a-t-il déclaré.

La question qui le préoccupe le plus est le contrôle des frontières, nous devons donc nous assurer "que ce n'est pas long et compliqué pour les touristes".

Quant à une éventuelle dévaluation de la livre, M. Piñanes a déclaré qu'"il y aurait un scénario différent" car "il y aurait moins de pouvoir d'achat, moins de confiance des consommateurs et même une réduction des séjours.