L'Andalousie et Madrid préconisent le passeport COVID et demandent au gouvernement "de ne

Andalucía y Madrid abogan por el pasaporte Covid
Publié
08/03/2021

Marin a identifié le tourisme comme "un moteur économique dans les deux communautés"
 


Source : https://agenttravel.es/noticia-041045_Andalucia-y-Madrid-abogan-por-pasaporte-COVID-y-piden-al-Gobierno--no-llegar-tarde-.html

Les vice-présidents de l'Andalousie et de la Communauté de Madrid, Juan Marin et Ignacio Aguado, ont plaidé vendredi pour que l'Espagne se joigne à la mise en œuvre du passeport dit COVID afin de promouvoir la mobilité touristique.

Aguado a déclaré que "nous ne pouvons pas être en retard pour défendre le passeport COVID" après avoir considéré que le gouvernement "traîne les pieds dans la gestion de cette pandémie" et invoquer, en référence à l'Espagne, que "nous sommes la deuxième destination mondiale".

"Avec des points de vue similaires à Madrid et en Andalousie, faisons avancer cette proposition afin de mener le passeport COVID en Europe", a déclaré M. Aguado.

Le vice-président de Madrid a fait valoir que "la mobilité est essentielle pour reprendre le pouls et générer des investissements et des richesses", il a donc insisté pour que "l'on garantisse que les personnes vaccinées puissent se déplacer".

Juan Marín et Ignacio Aguado, tous deux représentants de Ciudadanos dans des gouvernements de coalition avec le Parti Populaire, ont tenu vendredi à Séville une réunion qui a justifié le fait de travailler de manière coordonnée car les deux communautés totalisent "15 millions d'habitants et représentent 30% du PIB du pays", selon les mots du vice-président de Madrid.

Le monde ne s'arrête pas

Aguado a affirmé que l'Andalousie et la Communauté de Madrid "partagent la récupération du tourisme pour récupérer le plus rapidement possible l'activité touristique et économique", un objectif commun qui s'est étendu au fait que "nous sommes d'accord sur le fait que la récupération est liée à la récupération de la mobilité".

Le vice-président, conseiller et porte-parole de la Communauté de Madrid a déclaré que "le débat est ouvert sur le fait que les personnes totalement vaccinées peuvent se déplacer sur le territoire national", raisonnement qui l'a conduit à brandir l'exemple de plusieurs pays, parmi lesquels il a cité le Danemark, l'Islande et la Grèce, pour avertir que "le monde ne s'arrête pas", et il a donc insisté pour "combiner des mesures sanitaires avec des mesures économiques pour éviter que l'économie ne continue à tomber et à se ruiner".

"Nous ne pouvons pas gérer la pandémie avec les outils de la première vague", a déclaré M. Aguado, qui a fait appel au fait que "nous avons beaucoup appris" pour faire en sorte que "grâce aux vaccins, aux tests et à la réduction des restrictions, les libéraux que nous sommes travaillent à la levée des restrictions le plus rapidement possible".

"Nous respectons le fait que ce sont des experts de la santé qui décident de ce qu'il faut faire", a déclaré le vice-président de la Communauté de Madrid, qui a poursuivi en expliquant que "d'un point de vue politique, nous travaillons pour essayer de lever les restrictions le plus rapidement possible et de revenir à la mobilité de la manière la plus naturelle possible".

Etre à l'écoute des demandes des communautés

Juan Marín a exigé ce vendredi au gouvernement qu'il "soit nécessaire de prêter attention" aux demandes des communautés autonomes dans des domaines tels que le tourisme, demande à laquelle il a ajouté le reproche du "manque de leadership qui brille par son absence", et son regret de "l'inconnu de ce qui se passera avec Pâques".

Marin a revendiqué dans son intervention informative "la relance d'un secteur qui génère de l'emploi dans deux communautés sœurs comme Madrid et l'Andalousie" et a exigé "des outils pour lancer l'activité économique".

Le vice-président du Conseil, qui a identifié le tourisme comme "un moteur économique dans les deux communautés", a demandé des mesures pour promouvoir le tourisme comme un secteur "capable de se redresser et de créer des emplois".

Dans la liste des reproches que Juan Marín a adressés au gouvernement pour l'absence d'initiatives visant à relancer l'activité, il a notamment indiqué que "le gouvernement n'envisage pas de baisser la TVA dans le secteur du tourisme alors que les pays concurrents le font", demande qui a été prolongée jusqu'à la fin de l'année 2022 ; "le cautionnement pour la promotion du tourisme", à propos duquel il a rappelé que la Junta de Andalucía "a lancé avec des ressources propres" ; auquel il a ajouté d'autres initiatives telles que "l'assurance internationale pour tout voyageur qui vient s'assurer que si quelque chose arrive, ses besoins seront couverts.

"Le gouvernement est en retard sur le passeport sanitaire, qui est fondamental, clé, au moment où nous sommes pour la libre circulation des citoyens immunisés", a déclaré le vice-président du Conseil et conseiller.

Aides d'État

Marín a également exprimé ses doutes quant à l'aide annoncée par le gouvernement, estimée à 11 milliards, après avoir affirmé que "l'on ne sait ni ne peut savoir si elles arriveront à temps".

"Ces questions unissent deux communautés pour créer des emplois", a déclaré M. Marín, qui a fait valoir que "l'anticipation a été le maître mot des gouvernements que nous représentons pour relancer l'économie".

"Le gouvernement ne croit pas et n'est pas attendu dans le secteur du tourisme", a déclaré Marin à propos de l'attitude du gouvernement vis-à-vis du tourisme, il a donc invoqué "les différentes déclarations des membres du gouvernement".

Marin a offert "une loyauté institutionnelle pour coordonner les actions et relancer les secteurs" pour surmonter ce qu'il a décrit comme "une situation dramatique avec la perte de milliers d'entreprises et d'emplois", il a donc insisté pour que "nous nous écoutions, nous soyons assistés".