Les agences se mobilisent dans différentes villes pour demander de l'aide pour le secteur

Publié
14/12/2020

Tolède, Madrid, l'Andalousie, Santiago, Valence, Barcelone, Murcie, Santander et Bilbao accueilleront des événements organisés par différentes associations sectorielles

Différentes associations d'agences de voyage, parmi lesquelles l'Association des entreprises d'agences de voyage spécialisées (Acave), la Plate-forme pour les droits des agences de voyage (PDAV), la plate-forme #ayudaagentesdeviajes et l'Association des experts des professionnels indépendants et des entrepreneurs d'agences de voyage (Axpaevi), organisent des mobilisations dans les prochains jours pour demander une aide directe à un secteur paralysé depuis neuf mois. Plus précisément, le 17 décembre, les agences manifesteront à Tolède, Madrid, Santiago, Valence, Andalousie et Barcelone ; le 18 à Murcie et le 21 à Santander et Bilbao.

Martí Sarrate, président de l'Acave - association qui a organisé la manifestation à Barcelone - explique à AGENTTRAVEL que les agences sont dans un moment où elles ont besoin de "décisions fortes pour sauver un secteur qui est l'un des plus endommagés depuis le début de la COVID-19".

"Malgré notre dialogue avec les différentes administrations, l'aide que nous avons demandée et continuellement réitérée n'est pas arrivée. En outre, avec les décisions qu'ils ont prises et qui n'ont pas été convenues avec nous, la situation s'aggrave progressivement", ajoute-t-il.

Pour Sarrate, la véritable contradiction est que "les agences peuvent ouvrir mais il n'est pas possible de vendre à cause du manque de connectivité, des restrictions, du manque de produits, des fermetures de périmètre, du PCR et du manque d'unification des critères dans notre pays et dans l'Union européenne.

Pour l'instant, l'Acave n'a envisagé cette action que parce que "ce sera une grande manifestation" et estime que c'est une façon globale d'exprimer sa préoccupation pour la continuité des activités des agences.

"Nous devons tous être unis, en épuisant toutes les alternatives à notre portée et voir que cette situation dans laquelle nous sommes plongés ne peut plus être retardée, sans oublier que nous continuerons notre lutte avec le dialogue et la communication avec tous les responsables directs du tourisme et d'autres départements afin qu'ils puissent appliquer nos demandes de manière urgente et ainsi commencer la reprise de notre industrie".

Pour sa part, le président de la Confédération espagnole des agents de voyage (CEAV), Carlos Garrido, "comprend et soutient les actions menées par leurs associations pour mettre en évidence le malaise et le sérieux de notre secteur.

"Manque d'intérêt et d'attention de la part du gouvernement"

Elena Casado, vice-présidente du PDAV, une autre des associations qui ont appelé à certaines des protestations, signale à ce média qu'ils ont pris cette décision de mobiliser les agents en raison du "manque d'attention et d'intérêt de la part du gouvernement".

"Chaque jour, nous nous dirigeons vers une situation plus compliquée, qui conduit à une fermeture générale et à la mort d'un secteur. Les agences de voyage se lèvent et se battent pour ne pas perdre leur activité et leur secteur", explique-t-il.

En ce moment, le PDAV, en plus d'appeler certaines des manifestations, aide et soutient des associations ou des agents indépendants dans l'organisation de mobilisations dans d'autres villes.

Fonds européens

En outre, le 21 décembre prochain, le gouvernement central doit allouer une aide directe des Fonds européens. En ce sens, Carlos Garrido est convaincu que l'aide directe se matérialisera pour le secteur car "il a été le plus touché par les effets de la pandémie et les restrictions à la mobilité".

"Bien que l'ERTE et l'OIC nous aient aidés, ce n'est pas suffisant et nous ne pourrons pas partir sans une aide directe qui nous permettra de résister jusqu'aux prochains mois où, avec le vaccin, nous espérons pouvoir reprendre nos activités", affirme-t-il.

Pour sa part, Sarrate affirme que ce processus prendra des mois pour voir les allocations des projets qui sont présentés.

Cependant, elle dit que de l'Acave, ils travaillent dans la ligne d'essayer que les agences de voyage qui veulent se joindre à ces projets "soient finalistes en pouvant recevoir ces aides pour améliorer et structurer leur modèle d'affaires et pour pouvoir accéder à ces fonds".

Pour Elena Casado, la répartition des fonds européens est l'une des principales raisons pour lesquelles ils ont tant de mouvement avant le 21.

"Jusqu'à présent, nous avons été laissés à l'écart de toute forme d'aide directe ou indirecte. Une fois de plus, nous pensons que nous serons laissés de côté et nous voulons éviter d'être le secteur du tourisme le plus oublié par le gouvernement, le plus endommagé", conclut-elle.

Créditos https://www.agenttravel.es/noticia-040121_Las-agencias-se-movilizan-en-diferentes-ciudades-para-exigir-ayudas-para-el-sector.html