Le secteur du tourisme unifié demande au gouvernement d'accélérer la vaccination

España es turismo
Publié
22/01/2021

L'objectif est d'atteindre l'été avec 70 % de la population vaccinée, ce qui nous permettrait d'avoir une "saison touristique modérément bonne", selon Molas


Source : https://agenttravel.es/noticia-040507_El-sector-turistico-unido-hace-un-llamamiento-al-Gobierno-para-que-acelere-la-vacunacion.html

Des représentants d'agences de voyage, d'hôtels, d'autobus, de compagnies aériennes, de sociétés de location de voitures et d'autres sous-secteurs du tourisme se sont réunis jeudi à Madrid pour faire preuve de fermeté à l'égard du gouvernement et demander une aide directe et une accélération de la vaccination.

Le président du Bureau du tourisme, Juan Molas, et le vice-président du Conseil du tourisme de la CEOE, José Luis Yzuel, ont dirigé la mise en scène, accompagnés de hauts fonctionnaires de 14 sous-secteurs tels que CEAV, ALA, CLIA, Catering Brands, Spain by Night, Confebus, FECC, AECG, ASPE, Fevitur, OPC Spain, Fedele, AFE, Aneval, Feneval, Competur, FIAB et l'Association des agences d'incitation. Mais parmi les représentants, on n'a pas vu les hôteliers. 

Parmi les mesures communes proposées par tous les sous-secteurs, "la plus urgente" consiste à accélérer la vaccination afin d'atteindre 70 % de la population vaccinée. Pour ce faire, le secteur du tourisme a offert toutes ses ressources, et demande au gouvernement de faire de même, car "il ne devrait y avoir aucune excuse d'aucune sorte", dit Molas.

Si ce pourcentage de la population vaccinée est atteint, affirme Molas, "cela signifierait que divers groupes de population comme les personnes âgées seraient hors de danger et pourraient faire l'objet d'actions telles que le programme Imserso. Cela permettrait d'avoir une "saison modérément bonne", compte tenu du fait qu'en 2019, le tourisme a contribué à 12,4% du PIB direct en Espagne et qu'en 2020, ce chiffre a été ramené à 4%.

Ainsi, il a indiqué qu'en sauvant la saison d'été, "dans le meilleur des cas", si le taux de vaccination augmente et que la situation sanitaire s'améliore, nous pourrions aspirer à atteindre 45 millions de visiteurs, "la moitié du tourisme reçu en 2019", ce qui implique "la moitié du chiffre d'affaires".

Réduction de la TVA

D'autre part, Molas a souligné la nécessité pour les travailleurs du tourisme de faire partie des secteurs prioritaires pour la vaccination, ce qui leur permettrait d'offrir des services en toute sécurité.

Il a également souligné l'importance de la mise en place d'un passeport de vaccination pour faciliter la mobilité internationale, sous format numérique, et a, d'autre part, rappelé la demande de réduction de la TVA sur le tourisme jusqu'à la fin de 2022, car "c'est plus 5% de quelque chose que 21% de rien.

Quant à la reprise, le secteur ne s'attend pas à ce qu'elle arrive avant 2022 ou 2023. Pour ce faire, ils ont élaboré une batterie de mesures de relance qui profiteraient également aux sous-secteurs du tourisme et dont l'adoption signifierait "que le gouvernement commence enfin à agir pour sauver, et si nécessaire, sauver le secteur décimé par la pandémie.

Coordination et relance de la marque Espagne

Les mesures proposées en commun par tous les sous-secteurs, outre l'accélération de la vaccination en utilisant toutes les ressources possibles, le certificat de vaccination et la réduction de la TVA, comprennent également l'amélioration de la coordination entre les administrations et la relance de la marque Espagne, pour laquelle ils considèrent qu'"il reste beaucoup de travail à faire" pour la repositionner comme une destination sûre et attrayante, tout en étant durable.

Les employeurs demandent aux administrations espagnoles de surmonter les "conflits" et de se concentrer sur la fourniture aux citoyens de solutions pour tenter d'éviter les limitations à la mobilité dans le pays. Ils considèrent également nécessaire la coordination entre les pays de l'Union européenne, en appliquant des critères homogènes dans chacun des États membres.

En outre, ils maintiennent leur demande d'acceptation des tests antigènes comme valables pour les voyageurs entrant en Espagne, car ils sont plus rapides et moins chers que les PCR.

Tous les sous-secteurs prétendent être inclus dans le plan de relance et de résilience du gouvernement espagnol pour bénéficier des fonds européens Next Generation, le gouvernement ayant montré sa volonté de "ne laisser personne derrière".

Extension de l'ERTE et aide directe

L'extension des dossiers de régulation temporaire de l'emploi (ERTE) à toute l'année 2021, une autre des mesures que le secteur réclame depuis le début de la pandémie, ainsi que la suppression de la clause d'engagement de maintien de l'emploi et le maintien des aides aux indépendants.

Afin de remédier à cette situation, ils demandent une aide directe pour compenser la baisse d'activité, ainsi qu'une réduction de 50 % de la loi sur la location de locaux pour une période de 12 mois. Ils considèrent également qu'il est essentiel d'apporter une aide au financement du secteur par la flexibilité, l'extension des délais de grâce et le remboursement des prêts, car le manque de liquidités menace d'"étrangler les entreprises".

En outre, ils attendent de l'État qu'il finance de manière "suffisante" les municipalités par le biais de primes, afin que celles-ci puissent "tolérer ou subventionner les taxes locales aux différents acteurs du tourisme, notamment les hôtels et les restaurants".

En ce qui concerne les aides directes, José Luis Yzuel, a insisté pour que l'Espagne se tourne vers d'autres pays européens où ils ont réellement aidé les entreprises liées à l'hôtellerie et au tourisme, alors que "dans notre pays, ces aides se traduisent par de simples polycopiés.