La fermeture massive des hôtels de la Costa del Sol commence, sans date de réouverture

Meliá Costa del Sol
Publié
15/09/2020

Aehcos prévoit que 80% des établissements cesseront d'être opérationnels cet hiver, beaucoup d'entre eux n'ayant jamais fermé pour la saison

Le tourisme sur la Costa del Sol est en train de se vider de son sang. L'absence de demande due à l'impact des quarantaines décrétées par les principaux émetteurs comme le Royaume-Uni et les restrictions de voyage généralisées en raison de la pandémie, qui maintiennent également les économies nationales des Espagnols à flot en raison des incertitudes de l'ERTE et de la fermeture progressive des entreprises, a entraîné la fermeture d'hôtels sur la Costa del Sol, qui devrait être massive et sans date de réouverture. Et que septembre est un mois qui, ces dernières années, avait réussi à atteindre des indicateurs similaires à ceux de juillet ou d'août. Plus de 2,2 millions de séjours ont été enregistrés l'année dernière par les établissements hôteliers de la province en septembre, avec un taux d'occupation de 72 % et une clientèle au pouvoir d'achat plus important. Rien à voir avec les 23% de lits qui devraient être remplis, selon les données de l'Association des propriétaires d'hôtels de la côte (AEHCOS) pour ce mois, qui prévoient déjà que seule la moitié de l'offre est active. En août, 80% de l'étage de l'hôtel était ouvert.

La fermeture d'hôtels a commencé et s'est faite dans des destinations consolidées et des établissements emblématiques qui n'ont jamais cessé de fonctionner en basse saison. C'est le cas de l'Espadon, du Alay, du Meliá Costa del Sol ou du MS Amaragua. Le président d'Aehcos, Luis Callejón Suñé, a avancé que la situation est critique et que cet hiver on s'attend à ce que 80% des hôtels de la côte ferment, alors que dans les dernières saisons c'était le chiffre qui restait en vigueur. En outre, elle avait réussi à prolonger jusqu'à la fin octobre la haute saison et à raccourcir jusqu'en février la période d'inactivité. Cette fois, la date de réouverture n'est pas précisée car elle se fait au détriment de l'évolution de la pandémie. "Le virus est incompatible avec le tourisme", a déclaré M. Callejón Suñé, justifiant le fait que la plupart d'entre eux ferment sans savoir quand ils recevront à nouveau des touristes.

Les premières fermetures ont eu lieu avec l'arrivée du mois de septembre. C'est le cas de l'emblématique Hôtel Alay, qui n'est plus en activité depuis le 1er juillet et qui a rouvert ses portes le 31 juillet. Álvaro Reyes, directeur commercial, a souligné que la saison a été réduite à un seul mois, à partir duquel il est intéressant de noter que plus qu'en août, il semble que ce soit en novembre. "Il n'y a pas de demande. C'est la réalité. Nous n'avons jamais fermé pour l'hiver. Nous espérons ouvrir le 1er mars", a-t-il déclaré. La chaîne Med Playa a également confirmé la fermeture de ce qui est un navire amiral de la côte, l'Espadon. "Il n'y a pas de date pour sa réouverture", ont-ils déclaré. Les derniers clients sont partis hier à Meliá Costa del Sol. "Les perspectives étaient sombres. Depuis 1976, nous n'avons jamais fermé, mais la situation est inhabituelle", a déclaré le directeur de l'hôtel Carlos Franco, qui espère ouvrir dès que "l'occasion se présentera". De même, le PDG de la chaîne MS de Malaga, Miguel Sánchez, a déjà fermé les deux établissements qu'il a rouverts sur la Côte, sur les quatre qu'il possède. Le MS Amaragua a fermé jeudi dernier et les appartements Pepita, à Benalmádena, vendredi. "Il n'y a pas de mouvement et nous devons penser à sauver les entreprises et les emplois", a déclaré M. Sánchez, qui a prédit qu'à partir du 20ème siècle, peu d'hôtels seront ouverts.

Créditos https://www.diariosur.es/turismo/comienza-cierre-masivo-20200914185406-…